Schweizerischer Gemeindeverband
Association des Communes Suisses
Associazione dei Comuni Svizzeri
Associaziun da las Vischnancas Svizras
Ensemble pour des communes fortes
 
 
1
2
3

FORTA et projets d’agglomération: un pas dans la bonne direction

La Suisse possède des infrastructures de transport très denses et de tout premier ordre. Elles sont d’une importance capitale et contribuent à la grande qualité de vie et à la prospérité dans notre pays. Il faut les entretenir et, là où c’est nécessaire, les développer. Une bonne accessibilité est déterminante pour notre richesse et la cohésion territoriale du pays.

L’ACS salue l’intention de la Confédération de créer un fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) financé à durée indéterminée et de financer désormais aussi le projet de trafic d’agglomération sans limite de durée. En effet, ce programme est un instrument important pour la collaboration régionale: il favorise la coopération par-delà les frontières institutionnelles et, dans son sillage, une énorme dynamique économique a vu le jour. Du reste, la collaboration régionale, tournée vers la recherche de solutions, est décisive pour l’aménagement du territoire.
Plus de 40% des kilomètres parcourus le sont sur les routes nationales, alors qu’elles ne représentent qu’environ 2% du réseau routier global. L’arrêté sur le réseau des routes, en particulier les extensions urgentes dans le Glatttal zurichois et à Lausanne Morges doit être repris dans le FORTA.
Les trois quarts des routes, soit plus de 50'000 km, sont des routes communales. Elles servent aussi aux transports publics et à la mobilité douce. Les communes ont de plus en plus de mal à supporter les coûts d’entretien de ces infrastructures fondamentales. Pour l’ACS, il est par conséquent clair qu’un réseau routier qui fonctionne bien ne peut être réalisé et financé que conjointement par la Confédération, les cantons et les communes. Dans le cadre du FORTA, il faut poser la question du financement des routes cantonales et en débattre largement. A ce propos, il n’est pas acceptable que dans le projet les contributions pour le maintien de la qualité des routes principales dans les régions de montage et périphériques ne soient prévues que jusqu’en 2027. La position