Previous Page  39 / 96 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 39 / 96 Next Page
Page Background

COMMUNE SUISSE 5 l 2017

39

BIODIVERSITÉ: ABANDON DU GLYPHOSATE

Saillon, une ville valaisanne

propre aux herbes folles

La Ville de Saillon a abandonné le glyphosate pour l’entretien des espaces verts.

Le choix communal de la biodiversité s’inscrit dans un mouvement initié par les

vignerons locaux et soutient la gestion différenciée.

Le développement durable à Saillon est

une histoire qui remonte à une quaran-

taine d’années. Les acteurs publics et

privés impliqués dans le succès de la

politique de préservation de la biodi-

versité soulignent la nécessité d’inté-

grer le concept de diversité aussi bien

pour respecter les intérêts en présence

que multiplier les moyens à mettre en

œuvre.

Du vignoble aux jardins publics

Le centre bourg médiéval se niche au

pied du coteau du vignoble, mais de

petites parcelles de vignes caractérisent

tout le paysage urbain qui s’étale dans

la plaine. L’ancrage viticole de Saillon

est à l’origine de la prise de conscience

de la dangerosité des produits

chimiques utilisés dès les années 1960

pour protéger les cultures et améliorer

la production. Gérard Raymond, vigne-

ron-encaveur à Saillon, explique com-

ment en 1979, sous l’impulsion de deux

hommes, Augustin Schmid, docteur en

biologie, ancien chef de l’Office de la

protection des plantes, et Mario Bag-

giolini, entomologiste, «les vignerons

valaisans ont été les précurseurs de la

production intégrée en viticulture».

D’emblée, l’effet de groupe a entraîné

un véritable mouvement, évitant le

piège des actions dispersées aux résul-

tats limités. Au fil des années, la protec-

tion de l’environnement et de la biodi-

versité a largement dépassé le premier

cercle des vignerons. Aujourd’hui,

Charles-Henri Thurre, président de la

commune de Saillon, prône la préfé-

rence écologique de la commune. «A

Saillon, il y a une sensibilité globale au

sujet de l’environnement, nous tirons

tous à la même corde. Cela correspond

à l’esprit général de la ville qui défend

le tourisme doux, respectueux du déve-

loppement durable.»

La fin du glyphosate

En mai 2014, Gérard Roduit, coordina-

teur des travaux publics et viticulteur, et

Nicolas Vouilloz, alors responsable des

travaux publics à Saillon, ont suivi un

cours organisé par le canton portant sur

L’ancrage viticole de Saillon est à l’origine de la prise de conscience de la dangerosité des

produits chimiques utilisés dès les années 1960 pour protéger les cultures.

Photo: OdT